Voici les propositions de Mays Mouissi visant à « relancer durablement l’investissement public au Gabon »

64

Interrogé par Jeune Afrique pour analyser la situation économique du Gabon, Mays Mouissi souligne la nécessité de relancer durablement l’investissement public dans le pays. En effet, l’économie gabonaise a traversé des périodes difficiles, notamment en raison de la crise post-électorale de 2016, des conséquences de l’AVC du président Ali Bongo Ondimba en 2018, de la pandémie de Covid-19 et des confinements en 2020 et 2021, ainsi que des répercussions du conflit Russie-Ukraine sur les prix des matières premières alimentaires.

Pour l’économiste, la stratégie de financement des infrastructures par le biais de partenariats public-privé (PPP) a entraîné des délais prolongés dans la mobilisation des financements, ce qui a conduit à une stagnation économique avec des taux de croissance relativement faibles ces dernières années, loin des performances passées (7 % à 8 % entre 2012 et 2014).

Concernant les plans gouvernementaux précédents, Mays Mouissi estime que le PSGE (Plan stratégique Gabon émergent, 2009-2016) avait une structure solide, mais n’a jamais été pleinement mis en œuvre en raison du manque de financements adéquats. Le PRE (Plan de relance de l’économie, 2017-2019) n’a atteint que deux de ses onze objectifs à la date limite.

En termes de politique économique, Mays Mouissi préconise une relance durable de l’investissement public, une réduction des dépenses de l’État pour dégager des économies en vue de cette relance et du financement des politiques sociales, ainsi qu’une recherche d’innovation pour élargir les sources de recettes sans entraver l’appareil productif. Selon lui, ces trois actions sont essentielles pour redresser l’économie du pays.

Il souligne également l’importance de la diversification de l’économie gabonaise, qui reste encore largement dépendante du secteur pétrolier. Bien que des progrès aient été réalisés dans le secteur bois, Mays Mouissi insiste sur la nécessité d’aller plus loin dans cette démarche de diversification pour assurer un avenir économique plus solide.

Le consultant, diplômé en banque et finance de l’École supérieure de gestion de Paris et de l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne, est connu pour son blog où il publie des analyses sans concession sur la situation économique et financière du Gabon. Dans son entretien avec Jeune Afrique, il offre une analyse éclairée des handicaps, atouts et perspectives de l’économie gabonaise.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici