Vie chère : la classe moyenne invité à revoir à la baisse leur train de vie

25

Au terme des travaux relatifs à la lutte contre la vie chère, le premier ministre chef du gouvernement, Alain Claude Bilie-By-Nze, a exhorté la classe moyenne à revoir à la baisse leur train de vie souvent en port à feu avec leur situation financière.

En effet, après avoir reçu le rapport final des travaux des assises nationales contre la vie chère, le numéro deux de l’exécutif gabonais a expliqué qu’en dépit des facteurs économiques, la cherté de la vie ressenti par la classe moyenne au Gabon serait aussi consécutive au fait que certains vivent « au dessus de leurs moyens ».

« Une question semble ne pas avoir été abordée car peut-être trop sensible, c’est celle de nos habitudes de consommation. Sommes-nous absolument certains qu’il n’existe pas à côté de la cherté de la vie, certains comportements visant d’une manière à vivre au-dessus de leurs moyens. », a lancé le chef du gouvernement, Alain Claude Bilie-By-Nze.

Bien que la cherté de la vie soit une réelle problématique au Gabon, les comportements de consommation de plusieurs compatriotes laissent à désirer. Certains choisissent délibérément de vivre un train de vie bien au-dessus de leurs moyens, allant jusqu’à l’endettement.

Cela va de l’étudiant(e) qui avec une bourse à moins de 100 000f arrive à se payer un iPhone 14, des mèches humaines à 300 000f, au fonctionnaire qui est à peine payé le 25 du mois, à déjà rouvert son cahier de crédit chez l’épicier du coin. Des comportements déplorables quand à côté, plusieurs gabonais vivent avec des revenus modestes et peinent à joindre les deux bouts en raison des prix excessifs de certains produits de base.

daily

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici