QUEL AVENIR POUR RENÉ NDEMEZO’OBIANG ?

54
*** Local Caption *** Le nouveau militant du PDG

DÉMOCRATIE Nouvelle (DN) n’est plus. Le parti dont le premier responsable était René Ndemezo’Obiang a officialisé sa fusion-absorption avec le PDG. C’était à l’occasion du deuxième congrès extraordinaire organisé les vendredi et samedi derniers à Bitam dans la province du Woleu-Ntem. Scellant ainsi la décision prise en avril 2021. Mettant au goût du jour l’avenir politique des nouveaux militants, à l’instar de leur ex-Premier secrétaire.

Un acte “d’enterrement définitif” qui s’est effectué en présence de certains de ses militants et cadres à l’instar de Jonathan Ndoutoume Ngome (rapporteur du congrès), Ruben Goda Tsoumbou (président du bureau du congrès), du député Élie Colin Akoue, ainsi que du secrétaire national du PDG chargé de l’animation politique dans le Woleu-Ntem (SN9), Hubert Ella Minko et le maire de la commune de Bitam, Jules Mbelé Asseko.

Pendant et à l’issue des retrouvailles du week-end dernier, beaucoup supputaient sur le sort qui sera réservé aux nouveaux militants PDG revenus à ”la maison du père”. Autrement dit qu’elle sera la place de René Ndemezo’Obiang et les siens au sein du parti au pouvoir. Une interrogation qui transparaissait dans les différentes motions de soutien lues lors dudit congrès. Autant chez les jeunes, les femmes et les cadres de DN, chacun avait à cœur de scruter l’avenir politique de leur leader. Surtout que certains ont clairement mis en avant l’expérience politique de celui qui a été pendant plus de 30 ans une cheville ouvrière du parti au pouvoir.

Des interrogations qui ne sont pas loin de soulever la rumeur sur la fonction de vice-président de la République qui aurait été promise à leur champion. Vacante depuis trois ans, le nom du natif de Bitam y est associé depuis sa rencontre avec le président de la République, Ali Bongo Ondimba. Une rumeur qui s’est amplifiée depuis l’annonce de la fusion-absorption. Ils espèrent que l’acte final de cette démarche devrait permettre la matérialisation du vœu de voir l’ancien opposant occuper les locaux de la vice-présidence. D’aucuns estiment que la désignation de Patrick Eyogo Edzang, comme secrétaire général adjoint du PDG, avant même que ladite fusion-absorption ne soit effective, est un message fort lancé à M. Ndemezo’Obiang et ses partisans, par la formation politique au pouvoir.

Quoi qu’il en soit, les jours à venir devront être ceux d’une attente de la matérialisation d’une volonté, sur fond d’ambition politique, de continuer à jouer les premiers rôles dans une chapelle politique qu’il connaît très bien. Dans tous les cas, personne, surtout pas les observateurs avertis, ne voit l’actuel président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), jouer le rôle d’un simple militant à moins d’un an d’échéances électorales majeures.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici