Prétendu enlèvement de Nkoltang : la « victime » Laïca Mounganga avoue avoir fait un «  montage »

33

S’étant éclipsée pour dormir chez son copain, la jeune Laïca Mounganga, 17 ans, a livré un témoignage effrayant dans lequel elle affirme avoir été victime d’une tentative d’enlèvement et témoin d’un assassinat. Entendue ce 20 février par la gendarmerie, elle a affirmé avoir inventé cette histoire, qui a installé une psychose durable dans une certaine opinion publique.

Depuis quelques semaines, les réseaux sociaux gabonais bruissent de témoignages de prétendus enlèvements dont le dénouement est toujours le même : la victime, souvent une jeune femme, est déclarée disparue par ses parents sur Facebook, puis retrouvée chez son copain.

YouTube video

Dans une vidéo devenue virale, Laïca va livrer un témoignage digne d’une actrice. Selon ses propos, elle aurait assisté à l’assassinat d’une femme enlevée en même temps qu’elle : « ils ont coupé sa tête et l’ont mise dans la glacière ». Un récit qui fait froid dans le dos et est rapidement partagé par plusieurs internautes.

Or, il s’avère, comme une minorité le pensait, que c’était une pure invention dont le but était de ne pas assumer qu’elle avait dormi chez un de ses voisins qui est aussi son petit ami. Ne semblant pas mesurer les risques qu’elle encourait, probablement en raison du laxisme des autorités, elle a reconnu avec aplomb avoir créé cette mise en scène.

YouTube video

Pour rappel, en janvier 2020, une série de prétendus enlèvements avait causé la mort de plusieurs personnes innocentes accusées par des foules en délire d’être des kidnappeurs.

Cet épisode tragique n’a pas conduit à l’ouverture d’une action judiciaire pour punir les auteurs de ces fausses nouvelles, ce qui semble continuer à donner des idées à certains.

Pourtant, l’Article 93 de la loi n°006/2020 portant modification de la loi 042/2018 du 05 juillet 2019, adoptée en juin 2020 par l’Assemblée nationale et le Sénat, punit les coupables de fausses nouvelles d’un emprisonnement de 5 ans et d’une amende de 3 millions de FCFA et 5 millions de FCFA si cela se fait avec un sentiment de mauvaise foi.

M241

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici