Présidentielle 2023: L’étrange silence de Raymond Ndong Sima

158

Arrivé 4ᵉ lors de la présidentielle de 2016 avec 0,4 % des voix, Raymond Ndong Sima ne s’est, à ce jour, pas encore prononcé sur sa participation ou non à cette échéance électorale.

En effet, connu pour son tempérament vif, sa spontanéité, cet économiste ayant été député du Woleu_Ntem a claqué la porte du PDG après avoir été informé de sa comparution devant le conseil de discipline du parti au pouvoir. Ex-Premier ministre d’Ali Bongo Ondimba, il a démissionné du bureau politique le 1er octobre 2014 et est aujourd’hui devenu l’un des plus virulents contradicteurs du régime.

À un an des différentes échéances électorales que le Gabon compte organiser, plusieurs candidats de ” l’opposition” ont déjà pris les devants pour espérer prendre de l’avance sur leurs adversaires politiques. Que ce soit Alexandre Barro Chambrier, Mike Jocktane, Guy Nzouba Ndama, Paulette Missambo…, pour ne citer qu’eux, chacun a annoncé sa participation à l’élection présidentielle de 2023 contre le candidat du parti au pouvoir.

Bien qu’ayant pris part à la présidentielle d’août 2016, Raymond Ndong Sima semble regarder celle de 2023 du coin de l’œil, sans trahir ses intentions sur celle-ci. Pour rappel, lors du processus de désignation du candidat unique de l’opposition, à quelques heures du vote en août 2016, il s’était retiré des négociations pour expliquer plus tard que les critères mis en place n’étaient en rien cohérents et surtout pas démocratiques. Pour lui, il s’agissait en ce temps beaucoup plus d’un arrangement entre anciens amis du PDG.

Seulement, près de 7 ans après, certains de ces acteurs sont toujours candidats et l’opinion note jusqu’ici l’absence de ce dernier, sauf sur Facebook où il est très actif sur ses posts en réagissant sur des sujets de société.

Pour certains observateurs de la vie politique gabonaise, les hésitations de l’ancien Premier Ministre se justifient tout premièrement par son faible score obtenu (0,4 % des voix) et très probablement des réalités politiques qu’il n’a pas su anticiper bien avant. Pour eux, son score a le mérite d’être relativisé, car la candidature “unique” de l’opposition a eu pour effet de concentrer les voix des électeurs de l’opposition sur un seul individu et par ricochet, les autres candidats de ce camp politique ont donc perdu des électeurs qui ont choisi de voter “utile” malgré eux.

Mais en cas de candidature, Raymond Ndong Sima a _t_il ses chances ?

À un an de la présidentielle tout peut arriver, en 2016, personne n’avait prévu ou vu venir une alliance entre certains candidats de l’opposition. Il est certain que l’opinion garde une excellente image de ce dernier lors de ses fonctions à la Primature et même de son projet de société. De l’avis de plusieurs gabonais, Ali Bongo Ondimba avait trouvé l’homme idéal pour faire avancer plusieurs dossiers délicats et achever des chantiers jugés importants pour l’exécutif.

D’ailleurs, la récente publication de Petit Lambert Ovono qui appelait Ali Bongo Ondimba à envisager de nommer à nouveau ce dernier à la Primature pour espérer concrétiser son Plan d’Accélération de la Transformation (PAT) a eu un écho très favorable auprès de compatriotes qui l’on fait savoir par des réactions et des commentaires, bien que la plupart aient opté pour sa candidature à l’élection présidentielle.

L.A

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici