Présidentielle 2023 : Albert Ondo Ossa ne saurait être exempté d’une responsabilité dans l’État Gabon

43

Désigné le 19 août dernier comme candidat consensuel de l’opposition, Brice Liviu, E. membre du conseil national du PDG, affirme qu’Albert Ondo Ossa ne saurait donc être exempté d’une quelconque responsabilité dans l’état du pays.

En effet, étant un ancien membre du gouvernement à l’époque de Bongo Père, ce dernier est aussi responsable des maux dont souffre le pays, car l’article 33 de la constitution gabonaise dispose que : “les membres du gouvernement sont politiquement solidaires. Ils sont pénalement responsables des crimes et délits commis dans l’exercice de leurs fonctions. Ceci dit, Ondo Ossa ne saurait donc être exempté d’une quelconque responsabilité dans l’état du pays “

Selon lui, pour une bonne compréhension de choses, le système se définit comme étant un ensemble d’éléments qui interagissent dans l’optique de produire un mouvement d’ensemble. Dans le cas du Gabon, celui qui nous est présenté comme telle date donc des années 60 et il a été restructuré en 90 à la faveur de la conférence nationale abusivement dite souveraine.

Son analyse ressort également un bref rappel historique, avec un peu de recul et en y regardant en profondeur, la messe politique de 1990 n’avait eu pour but que de régler les crispations ponctuelles et cela a fini par générer un personnel politique pauvre du point de vue de la culture politique et surtout de l’idéologie qui devrait sous-tendre tout engagement politique. Des accords d’Arembo en passant par ceux d’Angondje, aucune avancée susceptible de révolutionner le comportement des acteurs politiques n’a été apportée. Conséquence, nous en sommes à l’éternel recommencement.

Chancia Biyé 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici