Marchés municipaux : Léandre Nzué, Rose Christiane Ossouka Raponda, Jean François Ntoutoume Emane…face à la Justice ?

19

Suite à une enquête diligentée par la direction générale des affaires économiques, la direction générale des finances et la direction générale du cadastre de l’Hôtel de ville de Libreville, plusieurs maires ayant exercé entre 2001 et 2019, pourraient répondre de leur gestion face aux irrégularités constatées dans la gestion des marchés municipaux.

Les marchés de Nkembo, Akébé, Nzeng-Ayong et PK8 respectivement localisables dans le 2e, 3e et 6e arrondissement de la commune de Libreville sont les infrastructures municipales dans le ciblage de l’enquête menée par la direction générale des affaires économiques, la direction générale des finances et la direction générale du cadastre de l’Hôtel de ville de Libreville.

Selon notre confrère de l’Union, l’enquête portait au départ sur l’évaluation de l’exploitation des marchés municipaux cités mis sous concession et la liquidation de la dette desdits espaces de commerce. Puis selon notre confrère, elle a été élargie à ceux dont l’administration est directement assurée par la collectivité.

Dysfonctionnements, prise d’intérêt, concussion dans les contrats passés avec les concessionnaires, l’enquête met à nu de nombreuses irrégularités au grand malheur d’anciens maires de la commune de Libreville et d’entreprises privées complices de ces magouilles. Les modalités d’accès par les opérateurs privés, les délais d’obtention des marchés municipaux, les redevances imputables, la gestion des taxes collectées, leur usage font également tâche.

En raison de ces dysfonctionnements, plusieurs millions de francs CFA se seraient volatilisés dans la nature. Ce qui pourrait porter préjudice à des anciens maires telles que Léandre Nzué, Rose Christiane Ossouka Raponda, Jean François Ntoutoume Emane, Alexandre Ayo Barro pour ne citer que ces figures qui ont occupé le poste de maire de la commune de Libreville.

Quoique n’étant pas directement cité par l’enquête, ces personnalités avec d’autres, ont été au fait de la gestion de la municipalité de Libreville durant la période retenue par l’enquête. Reste plus qu’à savoir jusqu’où ira cette procédure judiciaire et lesquels de ces maires sont ciblés par ces accusations ?

via/refletsgabon

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici