Manganga Moussavou se fait molester à Mouila par Barro Chambrier

85

La ville de Mouila a vibré le weekend écoulé au rythme d’un véritable combat de titans opposant deux leaders de la scène politique gabonaise tous de l’opposition. Pierre Claver Manganga Moussavou président du parti social-démocrate (PSD) et Alexandre Barro Chambrier président du rassemblement pour la patrie et la modernité ont au cours des différents meetings organisé par chacun démontré la capacité de l’un à mobiliser les populations, fût-il sur le territoire de l’autre.

L’adage qui veut que chaque chien soit fort chez lui n’a pas été respecté à Mouila fief généralement revendiqué par Pierre Claver Manganga Moussavou président du PSD. Alors que ce dernier au cours d’un café de presse organisé par son parti à Libreville avait rejeté l’idée d’une candidature unique de l’opposition régulièrement proposé par ses pairs a cru bon de démontrer son leadership dans son fief politique où il a longtemps officié comme maire de la ville. 

Malheureusement pour lui, c’était sans compter sur celui-là qui s’affirme au quotidien comme le leader incontesté de l’opposition gabonaise capable de tenir face au parti au pouvoir bien enraciné dans le pays. Alexandre Barro Chambrier puisqu’il s’agit de lui ne s’est pas fait prier par les populations de Mouila qui ont massivement répondu présent à son appel au détriment de leur fils de toujours. Signe que la musique régulièrement chantée par Manganga Moussavou aux siens n’émeut plus personne dans cette partie du pays.

Une véritable humiliation pour ce fils du terroir molesté publiquement sur ses propres terres par un fils venus d’ailleurs et sur le regard admiratif de ses parents. Une pilule amer et dure à avaler car un caïman venu des eaux du Komo a allègrement nagé sur les eaux de la Ngounié et est reparti tête haute. 

Pour les observateurs de la scène politique gabonaise, c’est un signal fort que Barro Chambrier envoie à ses pairs de l’opposition qui rechignent encore à reconnaître son leadership et à l’accepter comme leader de l’opposition gabonaise. Chacun est désormais averti et fixé sur le sort qui pourrait être le sien. 

Via/lna

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici