L’évaluation de la récente initiative d’échange dette-nature, appelée « Obligation Bleue », du Gabon dépasse de manière significative celle accordée à la dette conventionnelle du pays.

47

La toute nouvelle initiative baptisée « Obligation Bleue » a été évaluée à la note « Aa2 » par l’agence de notation Moody’s, ce qui représente un niveau bien supérieur à la note habituelle attribuée à la dette du Gabon, qui est « Caa1 ».

L’objectif de cette démarche entreprise par le pays est de réduire sa dette extérieure d’environ 450 millions de dollars en échange de son engagement à protéger son écosystème marin.

Ces 450 millions de dollars proviendront du rachat de l’euro-obligation 2025 et des deux euro-obligations 2031 émises par le Gabon.

Pour optimiser les chances d’attirer les investisseurs, le gouvernement gabonais et son arrangeur d’obligations, la Bank of America, ont décidé d’augmenter le rendement (prix) des obligations émises dans le cadre de cette opération, comme rapporté par l’agence Bloomberg.

Initialement fixée à 180 points de base au-dessus des bons du Trésor américain du 7 août 2023, qui servent de référence sur les marchés obligataires, l’Obligation Bleue du Gabon a été revue à la hausse de 20 points pour atteindre 200 points de base au-dessus des « Treasury bonds » américains.

En raison de son statut de « champion de l’environnement » lié à son engagement en tant que « pays le plus carbone positif au monde », le Gabon s’efforce désormais de capitaliser financièrement sur ses actions en faveur de la préservation du climat, des forêts et de la biodiversité. Il le fait notamment en émettant des crédits carbone et des obligations dans le but de réduire sa dette en échange de la préservation de ses espaces naturels.

En janvier 2023, le Gabon est devenu le tout premier pays au monde à s’engager volontairement à protéger 30 % de ses zones marines (eaux maritimes et eaux douces) et terrestres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici