Le patronat réalise le voeu des retraités

44

Le débat sur un transfert de la gestion de la La Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) au secteur privé ne date pas d’hier. En effet, on se souvient que les précédents bureaux de l’ex-CPG en avaient, à maintes reprises, exprimé le souhait aux plus hautes autorités. Mais la situation chaotique dans laquelle se retrouvera la CNSS va, une nouvelle fois, relancer les débats et donner des arguments de poids à la Fédération gabonaise des entreprises (FEG).

Dès son annonce de “vouloir reprendre” la gestion de la CNSS, le patronat va recueillir l’assentiment total des principales victimes de ces dysfonctionnements. À savoir les retraités regroupés au sein de l’Association nationale des retraités du Gabon (Anareg). “La Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) est un organisme privé qui gère un service public. Ce qui signifie qu’on peut considérer que c’est une concession entre l’État et le secteur privé. À ce titre, le secteur privé gère et l’État devrait se réduire aux missions qui lui sont dévolues par les articles 136 et 145 du Code de protection sociale, pourtant disponible pour qui le souhaite. En ce qui concerne la gestion vue par la Conférence interafricaine de prévoyance sociale (Cipres), le directeur général doit être recruté par appel à candidature ouvert sur une liste d’aptitudes préalablement établie par le Conseil d’administration”, avait indiqué le porte-parole de l’Anareg, Mathurin Menge Bibang. “Ceci a pour avantage que l’État fixe des performances avec la direction générale, et que le Conseil d’administration peut licencier aisément pour insuffisance de résultats. Ce n’est qu’à ce prix-là que l’on peut atteindre la performance tant recherchée depuis plusieurs années”, avait-il ajouté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici