Le Gabon fait d’importants progrès vers le développement durable dans l’industrie forestière.

58

Il y a plus de dix ans, il était difficile d’imaginer qu’une véritable révolution était en marche dans la Zone économique spéciale du Gabon. Ce complexe industriel colossal, auparavant envahi par la poussière et situé à 30 km du centre de Libreville, est devenu en quelques années un modèle de développement durable.

Le Gabon, fort de 12,5 millions d’hectares de couvert forestier sous gestion durable, abrite plus de 400 espèces d’arbres et est en train de se positionner comme un exemple de production durable de bois. Le pays peut être fier d’avoir réussi à limiter son taux de déforestation moyen à moins de 0,1 % au cours des trois dernières décennies, une réalisation qui lui a valu une reconnaissance internationale.

Créée en 2010, la Zone économique spéciale de Nkok accueille aujourd’hui près de 90 entreprises du secteur de la transformation du bois, employant ensemble plus de 6 000 personnes. Ces entreprises s’engagent dans diverses activités, allant de la fabrication de meubles sur mesure pour des boutiques d’aménagement haut de gamme en Europe ou aux États-Unis à la production de millions de mètres carrés de placages tropicaux. En 2021, plus d’un million de mètres cubes de bois ont été transformés dans cette zone.

Le Gabon est également le premier pays du Bassin du Congo à rejoindre le système régional de certification panafricaine des forêts (Pan African Forest Certification, PAFC). Cette certification atteste de la durabilité de la gestion forestière et de la traçabilité du bois, depuis la forêt jusqu’au produit fini. Le bois transformé dans la Zone économique spéciale de Nkok est minutieusement tracé dès son entrée dans le complexe jusqu’à la première unité de transformation grâce à un système de suivi spécialement développé, le TraCer-Nkok, en conformité avec la législation européenne sur l’importation des produits du bois. Chaque grume pénétrant dans la ZIS est ainsi enregistrée dans une base de données, garantissant une traçabilité complète et empêchant l’utilisation de bois provenant de sources illégales. Marc Ona, secrétaire exécutif de Brainforest, une ONG faisant partie de l’équipe de mise en œuvre de TraCer, souligne l’importance de la traçabilité du bois à Nkok et l’engagement de la ZIS à rester exempte de bois obtenu illégalement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici