l’Avis de Mike Jocktane sur la concertation politique

32

Le président du parti politique le “Gabon Nouveau”, Mike Jocktane ambitionne, s’est entretenu ce mardi 38 février 2023, à son siège d’Ambowe dans le premier arrondissement de la commune de Libreville, où il a passé en revue les grandes lignes de la politique du pays, notamment la concertation politique accordée par le Chef de l’État, Ali Bongo Ondimba.

 Le leader du parti de l’opposition, Le Gabon nouveau, demande laquelle des résolutions de ces assises garantira des élections présidentielles aux lendemains apaisés ? But initial, de ces discussions politiques.

«Au vu du rapport final de ladite concertation politique, transmis au chef de l’État, je dois à la vérité de dire, malheureusement, que je suis soulagé de n’avoir pas participé à cette mise en scène pitoyable. Il est aujourd’hui clair, dans l’esprit des Gabonais, pour lesquels nous fondons notre engagement politique, que les conclusions auxquelles sont parvenus les délégués majorité-opposition, ne font et ne feront en rien avancer le Gabon vers une démocratie véritable», a déclaré Mike Jocktane, dépité.

À la lumière des choses, il n’a pas fallu beaucoup pour doucher l’espoir de Mike Jocktane, qui parmi tant d’autres Gabonais fondait de réels espoirs dans l’issue de cette réunion, dans le seul but de protéger les Gabonais avant toute chose. En effet, rappelle-t-il dans une déclaration, le 28 février à son cabinet, l’histoire retiendra qu’il a été le premier, en mai 2022, à interpeller tous les acteurs politiques gabonais sur la nécessité de discuter du processus électoral. «À cette occasion, j’avais produit un document en 14 points, qui a servi à la réflexion de plusieurs et qui du reste est encore disponible. C’est dire combien je suis attaché au principe inaliénable du débat constructif entre Gabonais, en dépit de nos divergences», a-t-il souligné.

En effet, pour le leader du parti Le Gabon nouveau, le retour de l’élection présidentielle à un tour est simplement scandaleux ; la nomination des sénateurs par le chef de l’État, y compris ceux issus de l’opposition, est un recul démocratique. Malheureusement, comme souvent et trop souvent, la recherche des intérêts personnels a primé, selon lui, sur l’intérêt du Gabon.

«Cette modification des règles du jeu politique ne manquera pas d’interpeller le peuple gabonais, qui nous regarde et qui en tiendra compte pour l’avenir. Aujourd’hui, nous savons ce qu’est la majorité au pouvoir, un groupe d’hommes et femmes sans état d’âme. Toutefois, nous devons être capables aussi, de définir ce qu’est l’opposition à l’heure actuelleÀ l’issue de cette concertation, la ligne de démarcation entre la majorité et l’opposition n’est plus perceptible dans l’opinion publique», a regretté Mike Jocktane, invitant à un grand ménage au sein de l’opposition, afin de parvenir à extraire de ce bord politique, les perfides trompeurs. «J’insiste, nous devons extraire de nos rangs, tous ceux qui, drapés du noble costume de l’opposition, font en réalité, le jeu du pouvoir».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici