« Jean Ping et les autres opposants, sont des retraités politiques du PDG », Selon Féfé Onanga  

46

L’ancien lieutenant de l’opposant Jean Ping, Féfé Onanga, devenu membre du conseil national du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir depuis 55 ans), a, déclaré le weekend écoulé dans une causerie politique à Port-Gentil, que son ancien mentor, candidat malheureux à l’élection présidentielle du 27 août 2016, était désormais un retraité politique qui n’a plus rien à proposer au peuple gabonais.  

« Jean Ping et les autres opposants, sont des retraités politiques du PDG », a fait comprendre M. Onanga.

Selon lui, « ces gens qui la journée sont avec vous, la nuit ils se retrouvent tous », n’ont pas des leçons à donner à Féfé Onanga, lui qui était un vrai opposant la province de l’Ogooué Maritime.

Faisant partie désormais des cadres du PDG dans la province de l’Ogooué-Maritime, Féfé Onanga et ses frères d’armes ont décidé de mettre tout en leur moyen pour battre tous les acteurs de l’opposition anciens PDGistes. Il pense par exemple à l’ancien président de l’Assemblée nationale Guy Nzouba Ndama, à l’ancien ministre du pétrole Alexandre Barro Chambrier, à l’ancien président de la Commission de l’Union Africaine Jean Ping et bien d’autres. Selon lui, ces derniers feraient partie des personnalités ayant ralenti le développement du pays.

Affaibli par une maladie et en manque de près de vingt millions de francs CFA pour se faire traiter hors du pays, son retour au sein du PDG a été acté par le soutien sans faille, de sa nouvelle famille politique. C’est cette dernière qui lui a permis d’éviter une chaise roulante à vie. Ce que n’a pas pu faire l’opposition qu’il dit être ‹‹ milliardaire ››.

« J’étais presque mort, il me fallait douze millions pour me soigner sinon j’allais finir sur chaise roulante. C’est un million qu’ils m’ont envoyé pendant que tous sont des milliardaires. Qui pouvait accepter ça ? Qu’est-ce que l’opposition a fait pour me sortir de là ? Rien du tout ! C’est le pouvoir qui m’a sorti de cette situation », s’est-t-il questionné avec regret avant d’aller ses concitoyens de s’enrôler sur les listes en vue de voter à la  prochaine élection présidentielle, Ali Bongo Ondimba, probable candidat à sa propre succession.

gabonactu

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici