Condamné à 8 ans de prison et à 4 milliards de FCFA d’amende, Renaud Allogho Akoué retrouve sa liberté

54

Condamné, le vendredi 05 août 2022 par la Cour criminelle spécialisée, à 8 ans de réclusion criminelle assortis d’un sursis d’un an, l’ancien directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (Cnamgs), Renaud Allogho Akoué, a été libéré, hier 05 septembre 2023, sous l’ordre du Chef de l’État, Président du Comité de transition pour la restauration des institutions (CTRI), Brice Clotaire Oligui Nguema.

Selon la cour, le jeune crack avait mis en place un mécanisme de sortie injustifiée d’argent des caisses et autres comptes de cette structure de service public sous les rubriques des frais de missions, de dons et même des filets sociaux au profit d’associations et divers organismes dépourvus de personnalité juridique, ainsi que d’importantes malversations financières.

Pour le président de la juridiction précitée, Bertin Methomo, « il n’hésitait pas à s’octroyer des missions à l’intérieur du pays et hors du Gabon, pour lesquelles il était l’initiateur, l’ordonnateur, le bénéficiaire et le signataire, parfois sans ordre ni compte rendu ».

Reconnu ainsi coupable des crimes de détournement de fonds publics et de blanchiment des capitaux, tout en lui reconnaissant effectivement de larges circonstances atténuantes par la Cour criminelle spécialisée, Renaud Allogho Akoué avait été condamné à 8 ans de réclusion criminelle, dont un avec sursis, et une amende de 10 millions de francs.

De plus, il devait payer à la partie civile une somme de 4 milliards de francs.

Chancia Biyé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici