AUTONOMISATION : “K’ELLE POUR ELLE” FORMERA 64 JEUNES FILLES DÉSCOLARISÉES

36

AU terme de l’édition 2022, tenue du 25 au 27 novembre entre les hôtels Nomad et Onomo, de son événement annuel, l’association ”K’elle pour elle” offrira des formations en cosmétique, assistance médicale, informatique à 64 boursières. de jeunes femmes déscolarisées qui bénéficieront de son programme l’art au service du social.

L’une de particularité de cette année est assurément cet autre accompagnement acquis de la compagnie de téléphonie mobile, Airtel Gabon qui octroiera des stages rémunérés de 3 mois renouvelables aux bachelières de l’association désireuses de poursuivre leurs études. Il y aura donc eu beaucoup de bonnes nouvelles pour cet acte III de l’événement ”K’elle pour elle” qui réunissait une fois encore le gotha de la mode Africaine. La preuve, une certaine Collé Sow Ardo a fait le déplacement de Libreville pour honorer de sa présence ce rendez-vous annuel. Mais elle n’était pas la seule.

Des coaches, influenceuses et présentatrices télé de renom étaient là aussi. Entre autres, Emma Lahoues, Mada Sangare, Aya Diawara, Yvoire Rosen. Certaines auront édifié l’assistance autour de thématiques diverses et variées : ”La solidarité féminine” ; “Autonomisation de la femme et confiance en soi” pour que les femmes se prennent en main. Une façon sans contexte pour ”K’elle pour elle” de mettre les petits plats dans les grands. Et la marraine de l’événement, Florence Roux, propriétaire de la marque de cosmétiques Ivindo, de saluer le combat noble de Binette Ba Lendoye, promotrice de ”K’elle pour elle” qui se démène à changer le quotidien de jeunes filles déscolarisées. ” Je suis convaincue que nous pouvons tous êtres solidaires pour redevenir comme nos grands-parents” a indiqué Mme Roux. Qui a demandé aux bénéficiaires de les rendre fières d’elles en restant concentrées sur les formations qu’on leur offre.

Reconnaissante pour tous les efforts fournis par chacune et tous, Binette Lendoye a rappelé au cours de la soirée caritative du 25 novembre, clou de l’événement ”K’elle pour elle” que tout est parti d’une idée devenue un projet et désormais une association. ”C’est une cause qui me touche. Je rencontre beaucoup de jeunes filles qui veulent juste travailler sans formation, aussi me suis-je dit qu’il fallait faire quelque chose. Mais toute seule on est si faible, d’où votre présence pour faire parler votre générosité. J’espère qu’on pourra changer la vie de nombreuses jeunes filles car K’elles pour elle, c’est l’art au service du social”.

Une soirée au cours de laquelle de l’argent a été collecté. Même si le montant n’a pas été révélé par le comité d’organisation, au moins servira-t-il à changer le quotidien de 64 jeunes femmes qui pensaient leur avenir condamné.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici