Augmentation des prix : Le taux d’inflation passe de 3 % à 4,6 % entre 2022 et 2023

76

La mise en place d’une nouvelle mercuriale n’a visiblement eu aucun effet sur la flambée des prix au cours du 1er semestre 2023.

Selon les dernières données de la direction générale de l’Economie et de la Politique fiscale, le deuxième trimestre 2023 a été caractérisé par une légère hausse de l’Indice Harmonisé des Prix à la Consommation des ménages comparativement au trimestre précédent.

En effet, le taux d’inflation a progressé de 0,9% en glissement trimestriel contre +0,4% au premier trimestre.

Ce frémissement est principalement corrélé au contexte international et national, marqué par une hausse des prix dans diverses zones du monde, des difficultés d’approvisionnement de certains produits, une hausse de la demande intérieure et des coûts de la logistique.

Par ailleurs, en moyenne annuelle, le taux d’inflation est passé de 3,0% à fin juin 2022 à 4,6% à fin juin 2023.

Comparativement au premier trimestre 2023, l’augmentation observée au second trimestre s’explique principalement par la hausse des prix dans les postes : Produits alimentaires et boissons non alcoolisées (+1,1% contre +0,7% au premier trimestre), Boissons alcoolisées et tabac (+3,3% contre +1,1% au premier trimestre), Articles d’habillement et chaussures (+0,6% contre 0,0%), Logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles (+0,5% contre -0,5% au premier trimestre), Transport (+2,3% contre +1,5% au premier trimestre), Communications (+0,2% contre -0,4%) et Loisirs et culture (+0,2% contre +0,0% au premier trimestre).

Le relèvement de l’inflation des « Produits alimentaires et boissons non alcoolisées » porte sur les fonctions Céréales non transformées (+3,5%), Bœufs (+0,8%), Volaille (+3,0%), Légumes frais en feuille (+0,5%) et Tubercules, plantain (+2,5%). L’inflation dans le poste « Logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles » est tributaire, en particulier, de la hausse des coûts des matériaux de construction.

Dans le transport, la persistance des pressions inflationnistes fait suite, en partie, à la hausse des prix des billets d’avion en lien avec l’augmentation du prix du kérosène et de la taxe de navigation.

Cependant, le recul de l’inflation dans la « Santé », (+0,2% contre +0,5%) provient du retour progressif à la normale des activités de la CNSS et de la CNAMGS après la mise en place d’un Comité de surveillance et de contrôle du système de gouvernance desdites structures.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici