Après l’Union Africaine, la CEEAC suspend à son tour le Gabon

47

#

Créée en 1983 et regroupant dix pays, la Communauté Économique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), dont de promouvoir et de renforcer une coopération harmonieuse et un développement équilibré, a annoncé, lundi, la suspension du Gabon de toutes ses instances, en réponse au coup d’État militaire qui a renversé l’ex-président du Gabon, Ali Bongo Ondimba le 30 août dernier.

C’est ce qui ressort d’un communiqué publié à l’issue d’un sommet tenu par les dirigeants de la CEEAC en Guinée équatoriale.

En effet, le communiqué explique que « la CEEAC suspend l’adhésion du Gabon jusqu’à ce que l’ordre constitutionnel soit rétabli » dans le pays. Le Gabon qui assurait la présidence tournante de l’institution, a été remplacé par le vice-président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo de la Guinée équatoriale. Une exclusion symbolique du Gabon qui ne l’est que pour la forme.

Pour rappel, l’armée gabonaise menée par le général Brice Oligui Nguema a pris le pouvoir, le 30 août, écartant Ali Bongo qui venait de faire un coup d’Etat électoral à la présidentielle du 26 août. Brice Oligui Nguema a prêté serment, lundi, devant les membres de la Cour constitutionnelle, devenant ainsi le président pour une période de transition, dont la durée n’a pas été précisée.

Chancia Biyé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici