Analyse approfondie des raisons réelles qui poussent Alternance 2023 à contester le bulletin unique.

62

Le 3 août, la Plateforme Alternance 2023, regroupant plusieurs partis d’opposition, a émis un communiqué laconique et peu convaincant, s’opposant vivement à l’adoption du bulletin unique par le Centre Gabonais des Élections (CGE) pour les élections présidentielles et législatives du 26 août prochain. Derrière cette protestation, on peut discerner des motivations moins altruistes, laissant entrevoir leur désir de protéger leurs intérêts particuliers au détriment de l’intérêt général.

Au cœur de cette contestation se trouve le bulletin unique, un dispositif novateur qui regroupe sur un seul document le candidat d’un parti pour l’élection présidentielle et celui du même parti pour l’élection législative, ainsi que son suppléant. Cette approche simplifie le processus de vote et réduit les risques d’erreurs. Cependant, selon Alternance 2023, cette innovation cache en réalité une manœuvre sournoise visant à “favoriser Ali Bongo Ondimba en utilisant les suffrages des candidats de son parti aux législatives”.

La majorité avance des arguments pour contredire cette accusation. Un responsable du parti au pouvoir, le PDG, rappelle que le bulletin unique est déjà en place dans de grandes démocraties comme les États-Unis. Il suggère que la contestation d’Alternance 2023 serait plutôt motivée par des intérêts partisans, entravant ainsi les négociations politiques au sein de la Plateforme. Selon lui, cette critique ne vise pas l’intérêt général, mais correspond à des calculs politiques étroits.

D’autres facteurs contribuent à cette controverse. Un professeur en science politique de l’UOB souligne qu’ “Alternance 2023 regroupe des partis politiques qui, combinés, ne disposent que d’une dizaine de députés. En revanche, le PDG est solidement implanté localement. Il est donc compréhensible que la Plateforme redoute le lien entre les candidats à la présidentielle et aux législatives, consciente de l’impact que cela pourrait avoir sur ses résultats”.

Finalement, Alternance 2023 se retrouve prise au piège de ses propres actions. Le bulletin unique a été proposé lors d’une concertation en février dernier pour favoriser des élections apaisées. Malheureusement, la Plateforme a préféré boycotter cette rencontre, contrairement à d’autres regroupements de l’opposition. Aujourd’hui, elle subit les conséquences de ce choix, se trouvant dans une position difficile à défendre.

Dans ce contexte tumultueux, la bataille autour du bulletin unique semble révéler des tensions cachées et des enjeux politiques sous-jacents qui dépassent largement la simple question du mode de scrutin. Alors que les élections approchent à grands pas, le pays retient son souffle face à un débat qui pourrait avoir un impact majeur sur l’avenir politique du Gabon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici